Rechercher dans ce blog

dimanche, octobre 30, 2016

556_ Salon du livre d'Alger (SILA) 5_ Mon dernier jour au SILA.


Dimanche 30 octobre 2016_ et dernier jour au SILA.

Réveil très matinal. 6h45. J’ouvre les volets. Il fait un peu frisquet… 9h30 : métro, tram, la foire. Dans le tram, mon voisin est une voisine. Entièrement voilée. De la tête aux chaussettes. Plus la voilette sur le visage, plus les gants. Tout en bleu foncé. Elle dit être une dame d’un âge certain. Je ne la crois pas. Sa voix, sa bonne humeur et sa gestuelle la trahissent, mais elle ne le sait pas. Oui car elle me parle. Sans arrêt. Sans me dire Hadj ou cheikh. Elle parle de tout. Cela a commencé à l’arrivée du tram. Dès que les portes se sont ouvertes j’ai ressenti qu’on me poussait pour entrer dans la rame. J’ai dit « attendez s’il vous plaît que les personnes descendent… » elle (c’est elle) a dit «le monsieur ne semble pas connaître… » J’ai répondu « je sais madame, je sais ». Elle a rigolé. Puis nous sommes montés. Elle s’est assise à ma gauche et n’a plus cessé de parler. On a parlé de tout, plus elle que moi : « el akhlak » (l’éducation), l’administration, la corruption, le nifak (l’hypocrisie), la Norvège (c’est qu’elle respecte beaucoup les pays scandinaves pour la droiture de leurs liens sociaux, leurs gouvernants…), elle a beaucoup parlé de sa cousine « beur » qui n’aime pas les comportements a-sociaux des gens d’ici (c’est elle qui dit cela). Bref j’ai passé un bon moment. La « foire » m’a semblée beaucoup plus proche que ces derniers jours. « ça a été un vrai plaisir ya madame » Elle me répond, presque joyeuse, « pour moi aussi monsieur, bonne journée (J’ai oublié de dire qu’elle parle parfaitement le français.)

La foire : Il y a foule et fouille. « A qui est-ce ? » dit le jeune agent de sécurité en exhibant les livres qu’il a sortis de mon sac à dos, « c’est à moi » (oui car les sacs à dos, à main, les saccoches… avancent plus vite sur la table que les personnes sous les portiques, il y a donc à un moment un décalage). « C’est interdit cheikh ». « Ah oui ? et pourquoi aujourd’hui et pourquoi pas hier, ni avant-hier ? » Il s’est rendu compte qu’il avait l’air fin « maalich, roh, roh »…

video
14 heures sont proches et il y a deux très importantes affiches : dans la salle des conférences (200 places) il y a Dany Laferrière, et là, dans ce réduit du ministère de la Culture (16m2) il est prévu Ahlam Mostaghenemi. Je patiente ici, chez Ahlam. Je suis parmi les premiers. J’ai le plus grand respect pour l’écriture de Ahlam, virevoltante, tonitruante, qui bouscule les précarrés, les préjugés et les certitudes béates. J’ai lu ses deux ouvrages traduits en français, Mémoires de la chair et Chaos des sens. Je les ai trouvés absolument fabuleux. J’attends avec impatiente (depuis deux ans !) la traduction des autres. Non seulement l’histoire, mais le verbe. Quel plaisir ! Voici ce que j’écrivais sur mon blog il y a deux ans :

__________

« Je l’avoue et j’en ai presque honte, j’ai découvert Ahlam Mosteghanemi au début de cette année 2014. Son nom ne m’était pas étranger, certes. Je savais vaguement que c’est une femme qui écrit en arabe. Mais, hélas, je ne lis ni romans, ni journaux, ni quelque document que ce soit en arabe. Car je ne maîtrise pas cette langue, même si je parle parfaitement l’oranais. A vrai dire je ne me suis jamais, ou presque jamais, intéressé à la littérature arabophone. Avec le temps c’est devenu une habitude, une seconde nature que de ne prêter aucune attention à ce qui s’écrit dans cette langue. D’autant qu’ils ne sont que très peu ou pas traduits. Ouatar peut-être, ou la poésie. Je n’en suis pas du tout fier... De Ahlam Mosteghanemi je n’avais jamais lu une ligne avant ce jour de janvier lorsque je suis rentré dans la nouvelle librairie de la place du 1° novembre à Oran. Au rayon des ouvrages en français je recherchais des nouveautés. Quelque roman ou autre écrit publié en Algérie. Foin de romans édités à l’étranger. Je désirais acheter un roman local. Et je tombe sur deux romans de Ahlam Mosteghanemi en français : Mémoires de la chair (traduit de l’arabe par Mohammed Mokeddem) et Le chaos des sens, traduit par France Meyer, édités tous deux par Sédia. Je feuillette Le chaos des sens et c’est le choc. Une dramaturgie poétisée. Je lis, relis, deux pages, puis cinq puis je ne sais… » La suite se trouve ici :

--> http://leblogdeahmedhanifi.blogspot.fr/2014_04_01_archive.html#7658578726562437501

________ 

LES VIDEOS DE LA FERRIERE ET DE MOSTEGNANEMI RAMENT !!
JE LES METTRAI UNE FOIS QUE JE SERAI RENTRE A MARSEILLE _ VERS FIN NOVEMBRE
DESOLE

video 
Dany Laferrière au SILA_ Dim 30 oct 2016
Et là, cette femme magnifique va se présenter devant nous, hélas pas pour parler de ses romans, mais pour les vendre (on ne peut tout avoir). La foule est impressionnante. Nous sommes peut-être cent cinquante personnes à faire le pied de grue. Sans compter les journalistes de plusieurs TV, très nombreux et indisciplinés comme savent l’être les journalistes en général. Ils vont et viennent sans arrêt avec leurs encombrants matériels, « poussez-vous ». Je suis face à un dilemme.

Rester et rater l’émission de radio où l’on m’attend ou bien me présenter à la chaîne trois et parler de mes livres. J’hésite (pas longtemps pour être honnête). J’opte pour la radio. On m’attend à 45 et il est 14h35. Tant pis pour Ahlam.


La radio chaîne trois. Je ne sais le titre exact de l’émission : « arts… » quelque chose. « Bonjour », « bonjour… » L’animatrice est Soraya quelque chose aussi. Arrive peu après la star du moment, la très jeune Khawter Adami, demandée par tous partout. Très sympathique (accent de titi parisien à couper dans du brouillard, au fait comment dit-on titi au féminin ?) Arrivent aussi Agnès Spiquel, Christian Pheline, Maurice Mauviel. Je pensais parler de mes écrits, de Camus, de la poésie, de ceci, de cela…. Je vous jure que j’ai été expédié en moins de trois minutes. Comme un malpropre. J’étais outré. « Si j’avais su, j’aurai pas (je vous le jure) venu ». Moi qui ai passé plus de deux heures à me préparer, à faire des schémas et tout, surtout pour parler de Camus, car je pensais sérieusement qu’on allait me poser des questions sur Camus, l’Arabe, et tutti quanti. Que nenni. J’eus droit à un gros truc incompréhensible « alors comme ça vous habitez en France et vous n’êtes pas édité en Algérie gnagnagna… » 


 
Photo:République des Arts- Chaîne3
Photo: Rép des Arts

Photo: Rép des Arts

Photo: Rep des Arts

 J'ai couru pour aller entendre Dany La Ferrière à la salle des conférences, mais je suis arrivé tard. Il a achevé son intervention. "Il répond aux questions des journalistes" me dit Madame Si-Ahmed (je l'ai rencontrée hier), elle fait partie du staff de l'organisation... "Moi aussi j'ai été journaliste!" "Ben alors allez-y". C'est ainsi que je me suis retrouvé dans le mini cercle des privilégiés, dans une petite salle. Une demi-douzaine. C'est Fayçal M. qui pose le plus de questions. La Ferrière répond tranquillement, avec tact et bienveillance durant dix minutes (depuis que je suis arrivé), jusqu'à ce que la responsable du protocole annonce "c'est fini, place aux dédicaces"... et c'est une cascade de livres qui sont posé sur les cuisses de l'écrivain, qui signe avec patience...  Arrive un non-voyant qui demande "où est monsieur La Ferrière?" On l'en approche. Ce monsieur j'ai échangé avec lui en décembre dernier, lors du forum du roman à Alger. Un homme de grande culture et d'une mémoire faramineuse. Il peut réciter un livre entier (je n'exagère absolument pas) ou un texte daté de plus de quinze ou trente ans. Il dit à Dany La Ferrière "nous nous sommes rencontrés il y a huit ans et nous avions mangé ensemble une Tchektchouka!" La Ferrière semble s'en souvenir et il rit...
Je suis rentré groggy du fait de la Chaîne 3. Heureusement, à côté de l’hôtel il y a Le Pigalle, pour se désaltérer. Et je me suis désaltéré.

Eh bien vous savez quoi ? au moment où j’achève ces lignes, un responsable d’émission télé algérienne m’appelle… Rendez-vous demain… Incroyable. J’y reviendrai.

----

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire