Rechercher dans ce blog

mardi, novembre 05, 2013

416- A toi Lény Escudero. Quelle Affiche demain?

Aujourd'hui Lény Escudero a 81 ans. On ne l'entend qu'exceptionnellement à la radio. On ne le voit jamais à la télévision. Normal. Nous vivons une époque où la médiocrité donne le tempo. C'est triste, mais c'est ainsi. L'individualisme et le rejet de l'altérité font loi. Nombre de maîtres-penseurs, de politiques, de journalistes et autres chroniqueurs ne pensent et n'agissent qu'à partir de leur nombril, faisant fit de tout ce qui les entoure. Leur adversaire, leur ennemi s'appelle l'étranger, Italien, Polonais avant-hier. Arabe hier. Rom et Arabe aujourd'hui. Nous sommes au creux d'une vague annonciatrice d'un monde encore plus noir.
Heureusement, des hommes de bonnes volonté, de courage et de nif (avoir du nez comme on dit en Algérie, avancer le front haut), respectueux des Hommes et croyant en l'humanité, agissent. Certes difficilement. Mais ils sont à nos côtés, autour de nous. Nous ne sommes pas seuls. Avec ses faiblesses et ses erreurs Lény est de ceux-là. Avec les leurs aussi Léo Ferré et Louis Aragon étaient de ceux-là. Ces hommes avec un coeur gros comme ça, les Manouchian, Lévy, Mohamed ou Mamadou, auprès de François et de jean-Pierre, il y en aura toujours. Voilà notre espoir.
Le texte qui suit, je l'ai écrit spontanément ce matin en pensant à eux.


------------------------
L'Affiche rouge
Chantée par Lény Escudero
 Paroles de Louis Aragon
Musique de Léo Ferré
video

Quelle Affiche demain ?

Pour ne pas oublier
J’offre ces vers-amour poignants
A toutes ces plumes xénophobes
Cette peste brune en devenir
A toi aussi petite raciste à la banane grasse d’ignorance
Nourrie au millet des petits ammours
A vous chroniqueurs contrariés
Haineux de tous les Manouchian
Ils étaient vingt et trois et plus
Et de l’est et du sud
Morts pour libérer vos propres aïeux, parents
Haineux de tous les M.O.I, Roms et Arabes réunis
Ignorants
Quelles affiches brunes préparent-ils pour nos enfants
Mais à quels grills songent-ils ?
A quels barbecues apéro-sauciflards ?
Pour ne pas oublier
J’offre à tous ces tarés
Ces chemises noires et phalanges
D’aujourd’hui
Fanas de tous bords de toutes les ignominies
J’offre à tous ces égarés
Pour la fraternité humainement possible
Cette affiche rouge de quelques mots libres
Merci Lény, Léo, Louis et tous les autres.

Ahmed Hanifi
Marseille le 05 novembre 2013
PS : Lény Escudero est né le 05 novembre 1932.
_____________

Voici les paroles chantées par Lény Escudero. Elles sont de Louis Aragon
La musique est de Léo Ferré
-->
Vous n’avez réclamé ni la gloire ni les larmes
Ni l’orgue ni la prière aux agonisants
Onze ans déjà que cela passe vite onze ans
Vous vous étiez servis simplement de vos armes
La mort n’éblouit pas les yeux des Partisans

Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes
Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants
L’affiche qui semblait une tache de sang
Parce qu’à prononcer vos noms sont difficiles
Y cherchait un effet de peur sur les passants

Nul ne semblait vous voir Français de préférence
Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant
Mais à l’heure du couvre-feu des doigts errants
Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE
Et les mornes matins en étaient différents

Tout avait la couleur uniforme du givre
A la fin février pour vos derniers moments
Et c’est alors que l’un de vous dit calmement
Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre
Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand

Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses
Adieu la vie adieu la lumière et le vent
Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent
Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses
Quand tout sera fini plus tard en Erevan

Un grand soleil d’hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le cœur me fend
La justice viendra sur nos pas triomphants
Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline
Et je te dis de vivre et d’avoir un enfant

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent
Vingt et trois qui donnaient leur cœur avant le temps
Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant
Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir
Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant


In : www.greatsong.net