Rechercher dans ce blog

lundi, janvier 30, 2017

565_ L'illusion du consensus- Chantal Mouffe

Pour comprendre Jean-Luc Mélenchon (P.G), Benoît Hamon (gauche du PS), Pablo Iglesias (Podemos), Alexis Tsipras (Syriza)… il est important de lire « L’illusion du consensus » de Chantal Mouffe.
Non, le niveau de développement économique et politique actuels n’est pas un immense progrès. Mouffe rejette l’idée selon laquelle dans cette société post-communiste les conflits font partie du passé et qu’on n’a plus de choix que dans le consensus.
Je vous ai scanné l'introduction pour que vous puissiez avoir une meilleure idée de son ouvrage « L’illusion du consensus ».






 












mardi, janvier 24, 2017

564_ Variation et Hachakoum

Facebook - Lu 23 jan 2017



Variation

Il y avait les froufrous des jupes et des jeans,
Il y avait les murmures banals ou affectueux,
Le sifflement des avions en papier

Et les regards alanguis.

Il y avait le crissement des chaussures pressées de quitter la salle,
Il y avait le gémissement des chaises déplacées sans ménagement,
« Eh m’sieur c’est sûr que les serpents à sonnette sont sourds ? »
Le clin d’œil au coin des lèvres et de l’interrogation.

Il y avait le tohu-bohu qui enflait dans la cour nue,
Il y avait le gazouillis que de l’autre côté
Les moineaux sur la pelouse caressée par le mistral
Adressaient aux élèves par-delà les fenêtres béantes et 
                                       L’attrape-cœurs.

C’était hier peut-être même, déjà, avant-hier,
Vacarme des nombrils pubères égarés dans la nébuleuse
Jusqu’au jour de la restitution des armes,
« On vous oubliera pas ! »

Il y a désormais l’horloge grise du temps nouveau.
Il y a un autre soleil, bas, plus ambré qu’ocre,
La liberté de m’emmurer ou de plonger dans la grande bleue,
Rêver d’ours blancs au Nunavut ou de khat à Zanzibar.

Il y a l’immense territoire des lettres odorantes de l’H au W,
Il y a la marche quotidienne à travers la campagne chatoyante
Où se mêlent hibiscus, absinthes, genêts,
Lentisques et ravenelles.

Il y a la lune silencieuse, suspendue dans la transparence du vide,
Il y a ce discret scarabée sur ce sable iodé,
Au bord du bel étang de Berre éclairé,
C’est ici et c’est maintenant entre chien et loup.

AH- janvier 2017

-----------
 



Hachakoum  (1)

Nous n’étions pas loin du milieu des années 1950. Le ciel s’assombrissait sur les douars de mes ancêtres, chaque année un peu plus depuis des décennies. Les plus jeunes, les plus robustes, les plus fiers des hommes de nos tribus, ne revinrent pas de la Grande guerre. La terre des Béni-Rached ne donnait presque plus, ses entrailles souffraient le martyre et Dieu avait mes aïeux à l’œil. « Le quatorzième siècle (Quarn Rbataach) arrive à grands pas » souriait mon grand-père, goguenard, à près de cent ans de vie agitée, bientôt passée. Mais une malédiction brutale s’est abattue sur les miens, sans attendre le siècle de tous les malheurs, le siècle Quatorze. Mon grand-père, dans son dénuement extrême, souriait toutefois. Il disait que la vie renaissait meilleure et plus belle après les cataclysmes. Toute sa vie pourtant fut forgée dans la catastrophe ou une douleur, une douleur indicible mais permanente. Celle de ne pouvoir être soi, librement. Mais il souriait « Quarn Rbataach arrive ». La fin d’un monde prédisait-il, pas la fin du monde comme croient les innocents et les ignorants. Il était impitoyable mon grand-père.
A la fin de l’été de cette année-là, un terrible tremblement de terre ravagea la sous-préfecture d’Orléansville et sa région. Plusieurs milliers de vies humaines se brisèrent brusquement ou cessèrent, des dizaines de villages furent emportés, Béni-Rached le premier. Toutes sortes d’épidémies se propagèrent alors. La chaleur exceptionnelle du sirocco qui suivit anachroniquement, fit aussi de nombreuses victimes. Dans ma famille, et probablement dans bien d’autres, une autre catastrophe pointait cette année-là, elle s’ajouta aux premières ; la naissance d’une fille. Dans ma famille, mon père, mon grand-père, mes oncles, mais aussi ma grand-mère et mes tantes et le gourbi tout entier attendaient que ma mère accouchât de nouveau d’un garçon, pour jeter un sort définitif à toutes les malédictions. Ce fut moi, désespérément. J’étais la première d’une fratrie de cinq. Et cela fut insupportable aux mâles.
Lorsqu’un garçon naît, on rameute traditionnellement tous les hommes du village d’un côté et toutes les femmes du village de l’autre. Il n’en fut rien pour ma naissance. Les hommes déguerpirent dès l’annonce de ma venue. Ils prétextèrent sans rougir du mensonge, que l’environnement et la situation de la nation interdisaient toute fête. Les colons, le tremblement, le sirocco, la misère… et moi. Les calamités s’entassaient sur d’autres calamités. Ma mère pleurait souvent. Cette fois-là elle pleura plus longtemps encore parce qu’on lui reprochait d’avoir choisi de faire naître une fille, dans le silence et la cachoterie, et cela fut pire que tout. Aucune de ses tentatives d’explication ne trouva grâce ou d’écho, pas même et surtout pas auprès de mon père. Ma mère pleurait aussi parce que c’était l’occasion d’aller vivre quelques temps chez ses parents, une occasion ratée. Mon père, de honte, refusa tout déplacement. Honte d’avoir eu une fille et honte d’avoir à affronter le beau-père (mon grand-père maternel) devant son épouse (ma mère) qui ne le méritait plus, lui l’homme, chef de famille, honte de présenter à ce beau-père (mon grand-père maternel) son petit enfant, une fille (moi), hachakoum, que tous deux n’ont jamais espéré.
Longtemps j’ai eu honte d’être née fille, longtemps j’en ai voulu à ma mère. Puis, longtemps j’en ai voulu aux hommes du monde entier.
Nous n’étions pas loin du milieu des années 1950. C’était l’année du sirocco, l’année des malédictions, l’année de l’espoir. Aujourd’hui, soixante ans plus tard, ma rancœur s’est beaucoup atténuée. Elle a même disparu. Aujourd’hui je comprends mieux. Les pesanteurs sociales, comme les oppressions, peuvent mener un peuple à sa ruine, ou, par des chemins inattendus, déclencher un sursaut pour le fédérer vers le meilleur ou le moins pire.
Durant ces années-là, la nation était anéantie, détruite, avant même la guerre de libération. Qui arriva. Nécessairement. En 1962, après cent trente ans de colonisation, quatre-vingt-dix pour cent (90%) des algériens ne savaient ni lire ni écrire. L’analphabétisme était extrêmement lourd et les pesanteurs sociales d’un âge ancien, perduraient encore. Elles arrangeaient le dit colonialisme
______________________
Samedi 19 Mars 2011. Un séisme de magnitude neuf ébranla la côte est du Japon, au nord de Honshu, ce 11 mars 2011. Il est suivi d’un puissant tsunami et d’un accident nucléaire. On dénombre des milliers de morts.
______________________


(1): Le sens de Hachakoum (hachek au singulier), selon l'Internaute:
 







 



lundi, janvier 09, 2017

563_ F. BURGAT - G. KEPEL sur "le terrorisme en face"

-->
L’émission 'Répliques' de l’insupportable A. Finkielkraut était consacrée ce samedi 7 janvier 2017, jour anniversaire des attentats contre le journal Charlie Hebdo, à la question du terrorisme. « Pour cette première émission de l'année, Alain Finkielkraut reçoit deux chercheurs rompus au nouvel environnement mondial : le politologue François Burgat et le spécialiste de l'islam Gilles Kepel » lit-on en préambule, sur le site de France Culture

J’ai trouvé les deux intervenants très pertinents, avec une nuance: Burgat introduit une dimension que Kepel relativise ou évacue (quasiment), la dimension historique ainsi que la responsabilité dans les drames jusqu'à nos jours de l'Occident qui "fabrique" ces terroristes. Comme il dénonce les pouvoirs arabes et certains intellectuels (et assimilés) Arabes (que reprend béatement Finkielkraut) arrimés à l'idéologie des dominants.

Gilles Kepel insiste plus sur l'objet lui-même, sur l’idéologie des islamismes, sur leur spécificité, tout en précisant qu’il accorde autant d’importance aux causes exogènes qu’endogènes.

 Dommage qu'effleure entre les deux chercheurs une bataille d'égo ou de leadership intellectuel, du moins sur la question.

Ci-dessous des extraits de leur intervention.

François Burgat
La violence n’est pas unilatérale. Le terrorisme n’est pas unilatéral. Le plus souvent, le terrorisme est une contre-violence.
Je ne donne pas la même importance de la responsabilité à l’idéologie islamiste que lui donne le sens commun.
Je cherche où sont les dysfonctionnements des institutions politiques nationales ou internationale qui fabriquent des individus qui vont saisir, quelle qu’elle soit, l’idéologie binaire, clivante, totalisante, conflictuelle, qui va leur permettre d’exprimer et de légitimer la violence dont les a rendus porteurs, le traitement dont ils ont fait l’objet.
L’islamisme c’est une dynamique historique qui ne peut pas être construite intellectuellement en dehors du contexte de la colonisation et de la décolonisation. Prendre en considération cette temporalité longue est nécessaire. Une dynamique politique qui a fabriqué des acteurs politiques aussi différents que le sont Ghanouchi le tunisien qui a été l’acteur docile d’une transition politique et à l’autre extrémité nous avons Baghdadi, « le calife ».
Le défi permanent sera de ne pas faire trop usage de ce terme « islamisme » qui à mon sens fait beaucoup plus de bruit qu’il ne produit de lumière. Toujours se souvenir que c’est une très vaste dynamique historique qui n’est pas porteuse d’un concept mobilisable en sciences sociales pour définir une certaine catégorie d’acteurs politiques. Il faut réintroduire le pluriel à l’intérieur de cette enceinte.

Gilles Kepel
Bien sûr, il ne faut pas nier le contexte. Tout mouvement politique, religieux, se déroule dans un contexte précis, mais à force de sur-évaluer le contexte on manque l’objet… on peut expliquer par le contexte, par l’exploitation, par la colonisation le tout et son contraire, pourquoi pas, mais il faut s’interroger sur l’objet lui-même, sur ce que c’est que la spécificité de ce qu’on appelle l’islamisme ou les mouvements islamistes plutôt, pour marquer que c’est une idéologie certes, mais qui était indissociablement liée à une pratique politique, au mouvement, c’est-à-dire c’est quelque chose qui est destiné à changer un ordre social, politique, religieux etc. On peut en suivre l’évolution historique et on peut également voir comment il se divise en un certain nombre de tendances et de branches qui sont à la fois complémentaires et opposées
On voit bien comment dans une situation française où là encore le contexte est important, c’est à dire un contexte où on n’a pas su digérer ou penser notre héritage colonial, la France est aussi l’héritière de l’Empire colonial, pas seulement des mythiques ou semi-mythiques ancêtres Gaulois, où il y a dans les quartiers défavorisés 40% de chômeurs, où les idéaux transmis par l’école, quand les savoirs ne donnent rien eh bien, les valeurs qui vont avec les savoirs sont jetés comme le bébé avec l’eau du bain, tout cela crée un contexte, mais ce contexte n’explique pas exclusivement pourquoi ça prend cette forme-là de réaction, c’est ça qui est important à comprendre. Ceux qui font simplement un rapport de causalité entre le contexte et l’action et qui du coup finalement disent que ‘c’est normal il ne faut pas s’étonner’ se méprennent sur ce qui fait la force particulière de cette idéologie.
A l’intérieur de la mouvance islamiste il y a 3 tendances principales :
Les Frères musulmans, le Salafisme, Le Djihadisme.
a- les Frères musulmans, cette tendance est plutôt désireuse de contrôler les appareils du pouvoir
b- le Salafisme, qui marque une rupture à la base avec les valeurs, les mœurs des sociétés qu’elles soient occidentales ou celles, ‘apostates’ dans lesquelles ces salafistes agissent et qui apparaît comme une certaine innocuité (qualité de ce qui n’est pas nuisible) politique, cette tendance est d’ailleurs souvent flattée par un certain nombre de municipalités qui voient là la défense de la paix sociale, mais c’est une rupture culturelle radicale.
c- et puis le Djihadisme qui est une sorte de mélange des deux précédentes tendances, exacerbées, et qui là, passe à l’acte et qui se traduit par l’Etat islamique ou par ce qu’on a vu ici (AH : les attentats)
video 
1.2_ G. Kepel et F. Burgat in Répliques - F. Culture. Sa 7 jan 2017
Le son à partir de la  2  ème minute




François Burgat

On a abandonné le registre analytique d’un phénomène historique complexe pour en venir à « l’application de la charia sur les bords de la Seine ! ». Je voudrais refaire une partie du chemin. Je vais vous infliger une métaphore que vous connaissez bien, vous l’avez subie certainement à plusieurs reprises. Moi j’ai une autre définition de l’islamisme : C’est le déplacement sur le terrain culturel et symbolique d’un processus de repositionnement à l’égard de l’Occident colonisateur qui s’était exprimé par les indépendances avec le langage de la rupture politique et sur le terrain économique avec le langage des nationalisations. Donc c’est le passage sur le terrain symbolique, culturel : « Je ne vais pas utiliser pour m’exprimer, pour exprimer les besoins de ma société, pour exprimer mes revendications le vocabulaire que vous, colonisateurs, m’avez imposé comme étant le seul à pouvoir exprimer l’Universel. Après, on peut traverser la Méditerranée (AH : et parler d’islamisme… ?)
Je suis surpris que nous atterrissions dans les franges extrêmes des musulmans de France.

Gilles Kepel

Ce qui me semble important, c’est comment vous avez parmi nos compatriotes issus pour l’essentiel de l’immigration musulmane nord-africaine post-coloniale à la fois un grand nombre d’individus, les femmes en grand nombre, qui s’engagent dans une démarche d’intégration politique, républicaine, c’est la première fois que cela se produit, (aux législatives de 2012), et vous avez également et simultanément ,l’exacerbation d’une mouvance salafiste qui va construire à l’intérieur des quartiers défavorisés dans lesquels ils considèrent qu’il n’y a plus de solution républicaine si j’ose dire, un système d’enclave qui auront des relations complexes d’opposition de compromis parfois avec les modes d’enclavement qui sont ceux de la délinquance, du trafic etc. On ne peut faire l’impasse, ni sur l’un ni sur l’autre. Il faut arriver à analyser les deux. La majorité de nos compatriotes musulmans en France détestent profondément Daech, mais on voit qu’il y a toute une mouvance, une zone grise qui est aujourd’hui l’objet d’un combat politique extrêmement important.

François Burgat

Dans la conjoncture actuelle nous sortons d’une phase d’hégémonie, mais nous sommes encore hégémoniques. Au Proche-Orient les non-musulmans sont hégémoniques dans la société française. On n’est pas dans un rapport de force où nous sommes tombés de notre trône. Ce que je m’emploie à dire c’est que notre lexique, nos références n’ont pas le monopole de l’expression de l’universel, d’autres cultures peuvent fabriquer de l’universel avec des accessoires symboliques qui ne sont pas ceux auxquels nous avons tendance à vouloir confier le monopole. Il peut y avoir une culture autre que celle dont nous avons héritée. Les valeurs universelles existent, mais elles peuvent être exprimées, légitimées dans les groupes concernés par des segments de l’Histoire qui ne sont pas inhérents à l’Histoire occidentale. Si je veux promouvoir la justice sociale, je puis dire, si je suis chrétien, c’est parce que Jésus nous a bien montré, si je suis communiste dans les années cinquante, je peux citer Lénine, si je suis musulman, je peux citer le Coran. Mais, à la fin de la journée, j’aurais participé à la promotion d’une valeur qui à mon sens est universelle. Est-ce que l’Occident est entrain d’être détrôné ? il ne l’est pas encore militairement, il encore l’acteur dominant. Et oui le djihad a existé avant le phénomène colonial. Le djihad est l’une des expressions de la résistance des sociétés musulmanes à des mécanismes de la domination. Et je pourrais prendre des exemples extrêmement précis… Les djihadistes du 19° siècle c’étaient les confréries soufies, c’étaient les Ben-Laden du 19° siècle, ce qu’on béatifie maintenant comme étant les gentils musulmans. Il y a toujours eu, à chaque fois qu’il y a eu mécanisme de conquête des mécanismes de radicalisation de l’appropriation de l’identité au service de la défense du groupe. Il est très intéressant et je m’y suis amusé dans mon livre « Comprendre l’islam politique » en refaisant le circuit de mes séjours dans toutes les régions du monde où le mot djihad a été prononcé, les djihadiste au sens contemporain du terme, c’est à dire des gens qui ont pris une Kalachnikov et qui ont dit « on veut restaurer l’hégémonie de notre culture » qui se trouve être la culture religieuse, ils sont toujours apparus dans des contextes où une ingérence extérieure était venue perturber les mécanismes de régulation interne des sociétés, que ce soit au Yémen sous le fait de l’influence soviétique par Yémen du Sud interposé, que ce soit en Afghanistan bien sûr avec l’irruption russe, que ce soit en Irak avec l’irruption américaine, que ce soit en Syrie avec l’irruption russe et iranienne, ça complexifie un peu le processus, mais les formes les plus ultimes, les plus inacceptables de notre point de vue de la radicalisation avec laquelle je ne suis aucunement en empathie, mais encore une fois la meilleure façon de combattre les djihadistes est de cesser de les fabriquer. 


video
2.2_ G. Kepel et F. Burgat in Répliques - F. Culture. Sa 7 jan 2017

Gilles Kepel

Il n’y a pas exclusivement de causes endogènes comme il n’y a pas exclusivement de causes exogènes. François Burgat présente la notion de djihad comme une lutte défensive contre des intervenants extérieurs qui veulent perturber l’ordre établi des sociétés musulmanes, ça c’est ce qu’on appelle le djihad défensif. Mais le djihad ne s’y réduit pas. L’histoire du djihad originel tel qu’il a été appris, enseigné dans un certain nombre d’écoles dans le monde musulman et tel qu’il est aujourd’hui réactivé par le discours djihadiste contemporain c’est celui de la conquête et de l’expansion. Le djihad militaire, le djihad offensif, c’est d’une certaine manière l’inverse de la Croisade à l’époque médiévale. On aurait pu penser que ces concepts avaient été simplement replacés dans un contexte historique et puis que les sociétés se sont affrontées et c’est ainsi, et on n’est pas obligés de continuer à vivre sur cette lancée, mais précisément, c’est ce djihad-là qui est repris, exacerbé à partir d’une lecture littéraliste et très minoritaire sens dans le monde musulman aujourd’hui, on voit par exemple lorsque l’activiste de Daech, lorsqu’il conquiert des villages yazidi se réfère à des interprétations du Texte sacré qui considère que les Yazidi n’étant pas des musulmans, ils doivent être mis à mort s’ils ne se convertissent pas, que leurs femmes doivent être transformées en esclaves et vendues, leurs enfants etc. Daech n’est pas né n’importe comment. Il se constitue, se construit intellectuellement à partir d’une lecture particulière qui se structure dans le corpus islamique. Après, bien sûr, il ne fait pas l’unanimité. Le problème est de savoir comment ils arrivent à imposer cela à un moment donné et ça se passe en particulier dans une société comme la société irakienne, et là je peux faire un pas dans la direction de Burgat effectivement, où l’invasion américaine en 2005 a complètement détruit les fondements de cette société, a marginalisé totalement les sunnites coupables de Saddam Hussein, et a fait que les sunnites irakiens ont vu dans le djihadisme et dans les groupes radicaux l’occasion de les défendre face à l’hégémonie chiite irakienne. Ceci est le contexte, mais ça n’empêche pas de chercher les causes endogènes et les causes exogènes.

François Burgat

Je vais faire un pas moi aussi, en direction de Gilles Kepel et rappeler qu’il est évident qu’on ne raisonne pas sur un objet comme ça en blanc et en noir et rappeler qu’il est évident qu’à partir du moment où nous avons poussé, je tiens à ‘nous avons poussé’, des acteurs vers la porte de sortie de l’expression radicale d’un discours haineux de rupture, ce discours peut avoir sa propre logique de mobilisation et prendre un certain coefficient d’autonomie par rapport aux mécanismes qui l’ont démontré. Mais je voudrais montrer la matrice analytique principale à laquelle je me tiens, s’il y a montée aux extrêmes, c’est parce que le centre a échoué. S’il y a montée aux extrêmes, c’est parce que les mécanismes de régulation des tensions internes à notre société ont échoué… Je peux cautionner que « d’un côté il y a communautarisme et de l’autre, une France identitaire, raciste et xénophobe » et je ne déforme pas votre expression Gilles Kepel, simplement j’ai l’impression que vous vous penchez d’un côté de la fracture et vous nous proposez des explications, mais de l’autre côté de ces mécanismes qui ont nourri cette crispation de la majorité des Français, je ne vois pas l’analyse. Monsieur Kepel, vous n’êtes pas un charlatan, vous n’êtes pas un, je dirais un « judéo-droitiste » ou un « christiano-droitiste », tous ces petits noms dont nous sommes affublé nous-mêmes, hein ? nous sommes des « islamo-gauchistes charlatans », moi je n’emploierais jamais cette terminologie car je ne suis pas à court d’arguments…

J’ai la plus grande admiration pour les acteurs du monde musulman qui combattent, et c’est difficile, en essayant d’influencer le cerveau de leurs coreligionnaires, ils ont mon respect sans réserve. J’ai pas beaucoup de respect pour ceux qui, sur la rive nord de la Méditerranée, viennent parler aux trippes de mes concitoyens et flatter leurs penchants… Je ne suis pas surpris que vous citiez Fethi Benslama. Il manque juste quelqu’un que vous auriez pu dire qu’il s’inscrivait dans le prolongement de Abdelwahab Meddeb, on aime bien, et de Bernard Lewis dont vous avez un livre sous votre micro. Ce sont ceux qui ont cautionné l’idée qu’il y avait un problème inhérent à la culture islamique dans sa profondeur historique. Lors d’un débat avec Fethi Benslama je lui ai dit à quel point j’avais apprécié son ouvrage le « Surmusulman » (AH : Un furieux désir de sacrifice, le surmusulman »). Cette propension spécifique du musulman à se produire sur le registre du sacrifice et de la violence, et je lui ai dit « j’ai tellement aimé votre livre que j’attends les deux tomes suivants ». Moi j’ai besoin pour comprendre le mécanisme dans la tête de Valls tout ça, j’ai besoin d’un tome sur le surGaulois et puis quand je regarde monsieur Liberman, c’est quand-même c’est un peu bizarre cette instrumentalisation qu’il fait de sa culture religieuse en politique dans l’État hébreu, j’ai besoin du surjuif aussi. J’ai besoin des trois tomes. Et si on ne me présente qu’un seul tome… Je ne m’en prends pas exclusivement aux Occidentaux, je m’en prends aux dominants, à ceux qui sont conjoncturellement dans une posture de domination et la preuve c’est que je m’en prends très violemment aux leaders des États arabes contemporains que j’appelle les Pinochet arabes. Je suis capable de dénoncer les instrumentalisations conservatrices de la culture au service de la pérennité dans le trône du politique. Je ne fais pas de culturalisme, simplement je m’en prends, prioritairement, à ceux qui sont aujourd’hui dans une posture d’hégémonie politique, même relative, parce que ce sont eux qui portent la plus grande part de responsabilité dans les dysfonctionnements qui stigmatisent, qui périphérisent un certain nombre d’individus. Lorsqu’un individu sent qu’il ne peut pas être un français à part entière, il est tenté de devenir un Français entièrement à part (AH : à partir d’une formule d’Aimé Césaire lors du procès d’indépendantistes Guadeloupéens- Fevrier 1968 : « les Antillais ne savent pas s’ils sont des Français à part entière… » ) C’est ce mécanisme-là qu’il me paraît essentiel d’interroger. Sa réponse ne se trouve pas dans quelque sourate coranique qui serait en trop et qu’il faudrait changer. Le mécanisme intellectuel là est perverti. Ce qui est intéressant ce n’est pas de réformer l’Islam, de couper une sourate à gauche ou à droite, c’est de comprendre pourquoi dans le supermarché des modes d’appropriation politique de la religion musulmane, un certain nombre d’acteurs au cours des années écoulées ont une tendance à choisir la variante clivante, totalitaire, conflictuelle. Et si on s’interroge à ce niveau-là, on doit retrouver notre part, pas la totalité bien sûr on n’est pas en blanc et noir, mais notre part de responsabilité qui est essentielle.

Gilles Kepel

Vous avez dit François Burgat que je m’intéressais uniquement à la logique communautariste de la fracture et pas à l’autre. Si vous avez lu mon livre « 93 » que vous avez mentionné, vous aurez pu voir que j’y ai analysé de très près des mouvements comme « Riposte laïque » et les mouvements identitaires d’extrême droite, ainsi que la tuerie organisée par Breijvik à Oslo. Je suis tout à fait conscient de la manière dont les deux mouvements se construisent en opposition et vous ne pouvez pas me faire le procès de ne m’intéresser qu’à l’un et pas à l’autre…
Je suis parfaitement désireux d’analyser le social et le politique dans sa complexité. Cela étant, ce n’est pas parce qu’on analyse la complexité que la comparaison doit effacer la spécificité de l’objet. Il ne s’agit pas de chercher dans telle ou telle sourate un tel ou tel phénomène, mais dans l’interprétation de ce que cette sourate va donner aujourd’hui et ça c’est la question fondamentale qui se pose : quelles sont les conditions concrètes, les conditions objectives, les conditions de misère, les effets d’un certain nombre de dirigeants politiques qui voient dans la manipulation de ces sentiments l’opportunité de se construire une clientèle et construire des effets de pouvoir, qu’est-ce qui fait que cela est possible dans la France d’aujourd’hui. 

François Burgat
Je ne suis pas en empathie avec les extrêmes. Je suis en antipathie avec ce qui nous est proposé notamment par Gilles Kepel, pour lutter contre les extrêmes. Lorsque je vois que pour lutter contre les extrêmes nous nous en prenons de façon obsessionnelle à l’énorme composante associative qui lutte contre Daech… je m’interroge sur le fait de savoir si nous sommes bien en train de nous défendre contre les extrêmes.

Gilles Kepel
Il faut voir qu’à l’intérieur de cette victimisation qui est construite aujourd’hui, le véritable problème c’est que. Il est tout à fait normal que nos compatriotes musulmans en aient marre qu’on leur demande toujours de se justifier quand il y a un attentat. Ils détestent les gens de Daech. Et de ce fait on vient leur dire « ah, vous voyez, c’est parce que la société française est islamophobe et que c’est la cause de tous les maux », je crois que c’est une posture idéologique qui est très dangereuse et qui justement va fracturer la société.
--------
Lire :
-       Gilles Kepel : La fracture. Gallimard/ France Culture.
-       François Burgat : Comprendre l’Islam politique. La Découverte.
----------

-->

 




-------------------



samedi, décembre 10, 2016

562_ 10 décembre, Marcher de DYLAN à MELENCHON




Le samedi n’est pas un jour tout à fait comme les autres ici. Du moins dans notre petite ville du sud et comme dans de nombreuses autres villes ou villages. Ce jour est particulier, car c’est LE jour (sur 365) décrété par l'ONU "journée internationale des droits de l’homme"... (10.12.48) et du prix Nobel. Et c’est aussi un jour de marcher et un jour pour marché (ou l’inverse). Au pas de charge. Passer devant la gare, la poste ouverte jusqu'à midi trente, l’église St-Louis (103 ans), monter la grande avenue du 'Grand homme' qui traverse la ville du sud au nord, emmitouflé dans une parka d’automne, car Noël arrive (autant de Noël que d'enfants qui y croient) et avec lui le mauvais temps, l’espoir et plein de résolutions à prendre ("arrêter de fumer dès le 1° du mois" par exemple ou bien "arrêter d'écrire n'importe quoi sur FB") à préparer dès aujourd’hui. Marcher vers le nord et s’il se trouve un Tabac-PMU ou un Tabac-Loto y entrer pour mettre des croix au hasard (qui sait ?) : 10.12.16… sur une grille. Marcher donc jusqu’au grand marché du quartier nord. Oui, nous aussi nous avons notre quartier nord. Entendez ‘‘nord’’ comme un des points cardinaux c’est tout. Il ne s’y passe rien de bien méchant dans notre « quartier nord ». Arrivé au marché ralentir la cadence, faire comme tout le monde, traîner, regarder, demander le prix des boites de thé vert chinois de 500 gr « Camel, China green tea » (2€50) ou « 777 » (4€00) ou « Aguelid, le roi du thé », « cinq cinquante monsieur », prendre trois bottes de menthe (0€50X3), sourire au vendeur, mais répéter entre vos dents « c’est cher ». Continuer votre marche et tomber sur des gars que vous trouvez tout de suite sympathiques. Vous entamez, ou plutôt ils entament la discussion, et vous les trouvez encore plus sympathiques…
Ils sourient (comme vous), vous tendent un prospectus que vous refusez en souriant toujours « je suis convaincu vous savez, gardez-le pour une autre personne ». Ils insistent, alors vous le prenez le prospectus. La discussion est chaleureuse, et la conviction brûlante. Vous les saluez et quittez le marché pour marcher encore, mais plus vite. Retrouver la cadence initiale. Marcher, marcher, marcher… pour faire plaisir au docteur, très catégorique « à votre âge monsieur A., vous devez marcher au moins 45 minutes par jour ». Vous êtes content de savoir que votre médecin sera plus content que vous d’apprendre (car vous lui raconterez tout n’est-ce pas) que vous marchez ainsi tous les jours 45’ et plus encore le samedi lorsque vous traversez la ville du sud au nord avant de rentrer chez vous prendre un apéritif bien mérité, écouter une bonne chanson

 « How many roads must a man walk down, Before you call him a man ? (tiens, tiens, ira-t-il chercher son chèque ? c’est aujourd’hui à Stockholm normalement. Il rigole peut-être sous sa barbe le vieux troubadour dans l'un de ses ranchs californiens. Il les entend tous « Le camouflet de Dylan »… mais lui n’en a que fichtre) ou lire quelques pages flottantes de Duras ou bien encore – comme c’est le cas aujourd’hui – vous plonger dans le réel, loin de Dylan, dans le prospectus de l’équipe de La France Insoumise (FI ou Phi). Écoutez-la cette belle équipe…
---------
« Sans être forcément  d’accord sur tous les sujets, je crois que nous réagissons de la même façon : on ne peut vivre heureux au milieu d’une marée montante de misère ou de gêne. On ne peut vivre content quand des ouvriers qui défendent leur emploi sont condamnés à de la prison ferme. Surtout quand de puissants personnages restent impunis. (…) Nous ne supportons plus qu’on se paye de mots avec la République et ne voir partout que des monarques, petits et grands, usent du pouvoir comme d'un privilège personnel. Monarchie présidentielle, richesses produites par le travail de tous accaparées par une poignée d’oligarques, inégalités révoltantes, communautarisme haineux, l’argent maître de toutes décisions, non, ca ne peut plus durer… (…) Nous allons affronter d’acides campagnes de dénigrements et de falsifications, des flots d’argent, des pluies de sondages improbables, un concert médiatique permanent pour faire de cette élection une nouvelle fois une comédie personnalisée sans perspectives. Tout sera fait pour nous écarter du seul but qui nous motive : permettre à chacun de mener une vie vraiment humaine, libérée de l’angoisse du lendemain sur une planète respectée et dans un monde pacifique…
Les malheurs dans lesquels s’enfonce le pays ne tombent pas du ciel. Ce sont les résultats concrets de politiques froidement décidées. Elles sont menées au service de la finance dans toute l’Europe, sous la main de fer de la Commission européenne, en application des traités européens imposés aux Français par supercherie ! Nicolas Sarkozy hier, avec ses gouvernements du centre, de la droite et des transfuges du PS, est coupable. François Hollande, ensuite, avec ses gouvernements PS/EELV qui ont mutilé la vie de millions de personnes, est coupable. Ils ont abaissé le pays et piétiné nos principes républicains les plus essentiels. Les deux comptent sur l’épouvantail Le Pen pour vous faire abandonner vos convictions à la porte du bureau de vote au premier comme au deuxième tour. Ces trois-là sont très forts quand tout le monde a peur. Peur de tout, et même d’eux quand le dégoût qu’ils inspirent pousse à l’abstention. » (in : www.jlm2017.fr)
video

------------------------

vendredi, décembre 09, 2016

561_ HADJ MOHAMED-TAHAR FERGANI


Comme une habitude, mais c'est une habitude, vous vous réveillez, prenez votre petit déjeuner, vous allumez la radio, normal (ici RAS)...  vous allumez votre ordi, votre internet, votre Facebook... Et voilà. Certaines infos (ou rumeurs) sont délirantes sérieuses, d'autres sont rigolotes, d'autres beaucoup moins. Cela dépend des jours. Là, ce matin, je suis tombé sur un facebooker annonçant la disparition du cheikh.... 


video

 
Mohamed Tahar Fergani. Salah Bey (Galou La3rab Galou)- Merci HadjoutMarengo_ V 09 12 2016








video
 محمد الطاهر  فرقاني ـ يا ظالمة
 Merci Algeria voice- V 9 12 2016_




-->
Décès de Mohamed Tahar Fergani, le maître de la chanson classique algérienne

avec AFP - Jeudi, 8 Décembre, 2016 Humanite.fr

Le maître de la chanson classique algérienne dite arabo-andalouse, Mohamed-Tahar Fergani, est décédé mercredi soir à Paris à l'âge de 88 ans après une carrière de près de 70 ans, ont annoncé jeudi les médias algériens.

Mohamed Tahar Fergani est considéré comme le maître absolu du malouf, dont les racines plongent à Séville (Espagne) et qui a pour berceau Constantine, la capitale spirituelle de l'est algérien. Cette ville avait accueilli de nombreux réfugiés, juifs notamment, après la perte de l'Andalousie par les Arabes. Dans les années 1950, la plus grande figure de cette musique était Raymond Leiris, le beau père du chanteur français Enrico Macias, lui-même natif de Constantine.

Né en 1928, Mohamed-Tahar Fergani a d'abord pratiqué la chanson orientale, dans le genre égyptien. Le virtuose du violon a ensuite pris le virage du malouf à partir de 1951. Il a réalisé des centaines d'enregistrements et sa dernière prestation en public remonte à juillet 2015. Le chanteur doit être inhumé à Constantine où sa dépouille sera exposée à la Maison de la culture pour un dernier hommage de ses admirateurs.

http://www.humanite.fr/



----------



Algérie : décès du maître du malouf Mohamed Tahar Fergani

Jeune africue- 08 décembre 2016 à 13h34

Le chanteur algérien Mohamed Tahar Fergani est mort mercredi soir à Paris à l'âge de 88 ans, après une carrière de près de 70 ans, a annoncé ce jeudi le ministre algérien de la Culture.
Mohamed Tahar Fergani, considéré comme le maître absolu du malouf (musique dite arabo-andalouse), doit être inhumé à Constantine où sa dépouille sera exposée à la Maison de la culture pour un dernier hommage de ses proches et ses fans dès son retour de Paris, a précisé ce jeudi 08 décembre à l’agence APS une source de la direction de la culture.
Virtuose du violon et de la chanson
Né en 1928 à Constantine, dans une famille de musiciens, ce virtuose du violon a d’abord pratiqué la chanson orientale, dans le genre égyptien.
Puis en 1951, il remporte le premier prix d’un concours musical à Annaba, où il se fait remarquer. Il enregistre ensuite un premier album, qui l’impose comme chanteur populaire et référence du malouf, rappelle l’APS.
Il compte à son actif des centaines d’enregistrements de chansons malouf, mais également dans d’autres genres populaires musicaux algériens comme le mahjouz, le zjoul et le hawzi.
Sa dernière prestation publique remonte à juillet 2015 – il avait 87 ans – dans le cadre de la manifestation « Constantine, capitale de la culture arabe ».
Plusieurs artistes ont tenu à saluer la mémoire de Mohamed Tahar Fergani. À l’instar du chanteur Layachi Eddib, un des interprètes les plus en vue du malouf constantinois, qui a parlé à l’APS d’un « artiste exceptionnel » au parcours « unique » ayant porté le malouf constantinois « au-delà des frontières algériennes ».
Un « monstre sacré » de la musique populaire qui a brillé par sa manière d’interpréter des pièces rares du malouf comme El Boughi, Galou Lâarab galou ou encore Ya Dhalma, a pour sa part salué Smail Hini, le président de l’association de musique andalouse El Inchirah.
Le jeune chanteur de malouf Abbas Righi, confie quant à lui avoir perdu « une idole » et un « maître au grand cœur »,  toujours « accessible, modeste et à l’écoute des jeunes » chanteurs.
Un art apprécié
De son côté, le directeur de l’Opéra d’Alger, Noureddine Saoudi, a estimé que la disparition de Mohamed Tahar Fergani laisserait un « grand vide » dans le paysage culturel algérien.
Réagissant sur sa page Facebook, le ministre algérien de la Culture, Azzedine Mihoubi, s’est dit très attristé par le décès du chanteur, déplorant la disparition d’un des « plus grands artistes » algériens qui a consacré sa vie à « la préservation [du malouf], un art raffiné et apprécié » dans le pays.

http://www.jeuneafrique.com



-----------
Suite au décès du monument du Malouf survenu mercredi à Paris, le Président de la République Abdelaziz Bouteflika a tenu à lui rendre hommage. Le Chef de l’Etat a indiqué dans un message adressé à la famille de la culture que l'Algérie perdait en l'artiste El Hadj Mohamed Tahar Fergani "un monument de sa culture et de sa scène artistique" louant les qualités du défunt, sa loyauté pour la patrie et son souci permanent d'accomplir au mieux sa mission artistique à l'intérieur du pays et à l'étranger.
"J'ai appris avec affliction le décès du grand maître du Malouf et le grand ami El Hadj Mohamed Tahar Fergani, rappelé à Dieu après une longue vie riche en apport et en créativité, en ce mois béni où nous célébrons le Mawlid Ennabaoui et tout en me joignant à votre douleur qui est celle de l'Algérie tout entière en cette épreuve, je prie Dieu, Le Tout-puissant, d'accorder au défunt sa sainte miséricorde et de vous prêter courage et réconfort", a écrit le Président Bouteflika dans un message de condoléances à la famille de Hadj Mohamed Tahar Fergani.
"En cette douloureuse circonstance, qui nous endeuille en la perte d'un chantre de notre culture, je vous présente à vous tous et, à travers vous, à tous les membres de sa famille, ses proches, ses amis, ses admirateurs et à toute la famille artistique algérienne mes condoléances les plus attristées priant Dieu Tout-puissant d'accueillir le défunt dans Son vaste Paradis et de lui accorder les meilleurs rétributions pour son dévouement et son précieux apport au service de l'art et de la patrie," a ajouté le chef de l'Etat.   
"Le peuple algérien, tout autant que moi, se souviendra à jamais, des qualités de Hadj Mohamed Tahar Fergani, dépositaire du legs des aïeux et serviteur de la culture de son peuple, de son dévouement et de sa loyauté pour sa patrie et de son souci permanent d'accomplir au mieux sa mission artistique tant à l'intérieur du pays qu’à l'étranger", lit-on encore dans le message.
"Connaissant toute la déférence que les Algériens et les Algériennes témoignent à notre grand artiste, je puis affirmer que le souvenir de notre regretté restera vivace dans nos coeurs ainsi que dans notre mémoire nationale à travers l'oeuvre monumentale qu'il laisse en héritage mais aussi grâce aux dépositaires de son art parmi ses enfants et ses petits enfants et ses disciples qui conserveront précieusement le Malouf", a poursuivi le Président Bouteflika.
"Conscient que mes propos ne sauraient apaiser la douleur du peuple algérien que la perte, les unes après les autres, des figures de proue de sa culture endeuille profondément, je m'en remets toutefois à la volonté de l'Omnipotent qui a réservé aux résignés les meilleurs rétributions", a conclu le chef de l'Etat. 
La dépouille rappatriée et inhumée vendredi
La dépouille du maître du Malouf, Mohamed-Tahar Fergani, sera rappatrié vendredi et inhumé à Constantine le même jour.
Biographie du maître du Malouf
De son vrai nom,  Regani Mohamed-Tahar, il est né le 9 mai 1928 dans l’antique Cirta, au sein d’une famille de musiciens. Son père, Cheikh Hamou Fergani (1884-1972) était lui-même chanteur et compositeur du genre Hawzi.  

Mohamed Tahar Fergani a, d'abord, débuté sa carrière artistique dans le genre oriental Egyptien au sein d'une troupe musicale, avant de changer de registre et de s’orienter vers le Malouf, un style musical propre à la ville de Constantine, sous l’influence des Cheikh Hassouna Ali Khodja et  Baba Abid.
En 1951, à Annaba, il se fait remarquer lors d’un concours musical, dont il remporte le premier prix, et, dans la foulée, enregistrer un premier album qui l'impose, à la fois, comme chanteur populaire et maître du Malouf.
Au contact des grands maîtres du style Arabo-Andalou Algérien, tels Dahmane Ben Achour ou Abdelkrim Dali, il perfectionne, peu à peu son art.
Sa voix exceptionnelle et sa maitrise inégalable de l’archet, ont fait de lui le maître incontesté de l’école du Malouf Constantinois.
L’artiste disparu compte, par ailleurs, à son actif des centaines d'enregistrements de chansons dans divers genres musicaux à l‘exemple du Mahjouz, du Zjoul et du Hawzi, qui ont contribué à préserver le patrimoine musical de Constantine.
La dernière apparition en public du maitre s'est produite en juillet 2015, lors d’un hommage rendu à son père Hamou Fergani et de son frère Mohamed- Seddik, dit Zouaoui, durant la manifestation « Constantine, capitale de la culture Arabe », au cours de laquelle il avait donné le ton à une qaâda purement Constantinoise saluée par des tonnerres d'applaudissements. 
La dépouille rapatriée vendredi  
 La dépouille du maitre du malouf Hadj Mohamed Tahar Fergani, décédé mercredi dans un hôpital à Paris (France), sera rapatriée demain vendredi, a indiqué jeudi le petit fils du chanteur, Adlene Feragni.
Les procédures d’usage pour le rapatriement sont "en voie de

finalisation", a assuré la même source.
La mémoire vivante du malouf est décédée à l’âge de 88 ans des suites d'une longue maladie. Sa dépouille sera exposée dès son arrivée à la maison de la Culture Malek Haddad de Constantine, a indiqué une source de la direction de la culture.
L'enterrement aura lieu le jour même (vendredi), probablement après la prière du Dohr, selon la même source.





http://www.radioalgerie.dz

-----------

Lire aussi :