Rechercher dans ce blog

lundi, juin 29, 2015

499_ Boudiaf, In Memoriam



                     En cette fin de matinée du jeudi 25 juin 1992, le président Boudiaf faisait une tournée d’inspection à la zone industrielle d’Arzew. En fin de matinée il était précisément à Aïn el Biya où nous résidions. Mon fils M., sept ans, et moi, ne pourrions le voir, car nous nous préparions à quitter le village pour aller assister à la finale de la coupe d’Algérie de football à Oran, au « stade du 19 juin ».


Les résidents étaient nombreux à se bousculer dans l’allée principale du village, le camp5, quand je la traversais en voiture pour me rendre à Oran. D’un moment à l’autre le président et sa suite allaient quitter le village. Les gardiens laissaient sortir les voitures, mais pas celles qui y entraient. Sur la nationale ralliant Aïn el Biya à Oran, à hauteur de l’entrée de Gdyel, les gendarmes affectés à l’entrée est de la ville nous empêchèrent de continuer. « Par là vous pouvez » me fit l’un d’eux. « Par là » c’est à dire par une piste à l’intérieur des terres, parallèle à la nationale. Je pénétrai dans la piste, la longeai. Une piste qui n’en est vraiment pas une. Les tracteurs peut-être… Je l’ai tant bien que mal suivie. J’ai traversé Gdyel. 
Mon agenda, à la journée du jeudi 25 juin 1992.
 A la sortie ouest de la ville je suis tombé nez à nez avec la dernière voiture du cortège présidentiel, qui filait à vive allure (140 km/h au bas mot). Je lui ai emboîté le pas. Un motard de la garde, sorti de je ne sais où, me fit signe de passer, pensant certainement que je faisais partie du cortège. Cette facilité me donnait des sueurs. Je ne l’ai pas comprise (et ne la comprends toujours pas), mais l’heure n’était pas à ce type de réflexion. Mon véhicule était de même marque que nombre d’entre ceux qui formaient le cortège, mais assez poussiéreux. Me voilà, à mon corps défendant, « dedans ». Il me fallait dès lors assurer l’allure. C’est à dire rouler à très grande vitesse. Comme les véhicules qui me précédaient, j’ai activé les feux de détresse. Lorsque vingt minutes plus tard nous sommes arrivés à Oran Bernandville, une armada de policiers au garde à vous, un tous les cinq mètres, nous accueillait. Des gouttelettes de sueur froide, grosses comme des grêlons, perlaient sur mon front, sur ma nuque et le long du dos. Comment sortir de ce qui m’apparaissait comme une souricière ou un pétrin. « Nous sommes en danger » pensai-je, mon fils et moi. Je me devais hélas constater que je n’avais de choix que de continuer. Le boulevard Champagne (Gambetta), le rond-point du lycée Lotfi, celui de l’Académie. Enfin la wilaya. Tout autour de l’immense escalier de l’entrée officielle, les policiers en tenue et d’autres en civil me paraissaient innombrables. Les premières voitures pénétrèrent dans le sous-sol de la préfecture. Beaucoup (une trentaine ?) tentaient tant bien que mal de se garer par-ci, par-là. A hauteur du 110 rue Mouloud Feraoun, j’ai stationné, éteint aussitôt le moteur et désactivé les warnings. Je demeurai immobile, alors que mon fils, jusque-là allongé sur la banquette arrière se réveilla, un peu perdu. Je l’étais plus que lui. Je lui ai demandé de rester calme. Je ne sortirai pas du véhicule, pas dans l’immédiat. J’ai attendu que mon esprit me revienne et que les autres véhicules se furent vidés de leurs passagers, une dizaine de minutes, avant de repartir, avec le maximum de douceur. Il me fallait planer si possible. Si j’avais pu nous rendre transparents, je n’aurais pas hésité à le faire. Vingt minutes plus tard, nous étions à El Hamri. Le « stade du 19 juin » était bien rempli. Avec M. nous nous sommes installés dans les tribunes, à moins de cent mètres du président Boudiaf, que je montrais du doigt à mon fils, assis sur mes épaules, « il est là, regarde ». Comme nous il assistait à la finale de la coupe d’Algérie. La JSK a battu l’ASO par 1 à 0. J’ai mis plusieurs semaines à me remettre de mes émotions de la journée. 



Plus tard, en juillet, la rumeur suivante avait couru : « Boudiaf devait être assassiné à Aïn-Témouchent ou Oran ». Il le fut à Annaba le lundi suivant, 29 juin, un lundi, comme aujourd’hui 29 juin 2015. El Watan titrait le lendemain : « Le complot », Le Matin : « Ils l’ont assassiné ». Ils…






video 
Merci algeriaforever- Youtube

ahmedhanifi@gmail.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire