Rechercher dans ce blog

dimanche, août 30, 2015

504_ La maison d'Elsa Triolet et Aragon





Mes chers amis,

Je vous remercie d’être revenus, fidèles au rendez-vous. Comme vous pouvez le constater le Moulin à eau de Villeneuve de Saint Arnoult en Yvelines se trouve au cœur d’un joli parc de quatre hectares que traverse la Rémarde, une rivière, affluent de l’Orge, une rivière longue de près de 40 kms. Ce moulin est notre propriété depuis 1951. Il est entouré d’un parc de quatre hectares. Du monticule où je me repose aux côtés d’Elsa Triolet, mon épouse, j’observe votre peu réjouissant monde. Elsa a eu raison d’avoir fait graver cette épitaphe, que j’ai demandé à maintenir : « Quand côte à côte nous serons enfin des gisants, l’alliance de nos livres nous unira pour le meilleur et pour le pire dans cet avenir qui était notre rêve et notre souci majeur, à toi et à moi. La mort aidant on aurait peut-être essayé et réussi à nous séparer plus sûrement que la guerre de notre vivant : les morts sont sans défense. Alors, nos livres croisés viendront, noir sur blanc, la main dans la main, s’opposer à ce qu’on nous arrache l’un à l’autre. Elsa. »



videoCe que vous entendez près de notre résidence éternelle, quel que soit le moment où vous vous y rendez est La Sarabande de Bach et le tant aimé chant du rossignol.

La bâtisse est toute en longue et sur plusieurs niveaux. Les volets tout bleus – bleus comme les yeux de ma muse E. – de toutes les fenêtres de la maison sont grands ouverts sur la nature.

C’est ici, que j’ai écrit « La semaine sainte », « Henti Matisse, roman » et qu’Elsa a écrit « Le cheval roux ».











Commençons si vous le voulez bien, chers amis, avec notre cuisine. Admirez la belle faïence bleue (évidemment) de Giverny, elle renvoie à Claude Monet. Il y a aussi présents dans la cuisine les fantômes de Picasso sur les dessous de plat (La colombe, paix) et de Fernand Léger (Le cheval blanc) Et cette balance inversée qui fait office de lampe. Par le fil qui pend, discrètement, en tirant dessus, nous informions les employés (nos employés oui, oui) de notre arrivée, comme chez la grande bourgeoisie, que voulez-vous... 








Nous avons fait du salon ‘‘le cœur de la maison’’. C’est là que je recevais mes amis, dans un brouhaha incroyable de l’eau de la Rémarde le traversant. Nous écoutions de la musique sur cet appareil TSF-tourne-disques. On a bien fait depuis, d’insonoriser le salon avec un hublot solide comme ceux des bateaux. Aujourd’hui les vieux radiateurs ne sont plus modernes. Elsa les cachait, justement parce qu’ils étaient trop moderne à notre goût. A droite, derrière la porte, le joli tableau d’Elsa. Sur la grande cheminée, les deux cruches sont signées de notre grand ami Picasso. L’une représente le visage d’un homme, l’autre celui d’une femme. Au fond, vers l’escalier on a gardé tous mes livres de lecture quand j’étais enfant. En mezzanine il y a ceux d’Elsa, pour la plupart, en russe.




A l’époque nous les protégions comme la prunelle de nos yeux – vous comprenez la présence des cadenas ! –  car nombre d’entre eux étaient censurés par nos amis soviétiques. Regardez derrière vous, dans le cadre, une des rares photos où l’on nous voit ensemble Elsa et moi. J’ai plus de soixante ans.




Levez les yeux, chers amis, vous voyez ces sagaies ? Nous les avons rapportées de Tahiti. Et ces illustrations ? Le calligramme a été réalisé par un turc.

Au dessus de la mezzanine, nous avons deux grandes bibliothèques saturées de livres. Il y a dans notre maison plus de trente mille livres.






-->

video



Suivez-moi, attention à la marche… Savez vous ce que renferme ce placard ? Tenez regardez. Non vous ne rêvez pas. Ce sont bien des livres policiers ! Il y en a cinq cents. Lorsqu’elle avait des insomnies (fréquentes parfois) Elsa lisait cette ‘‘littérature’’ pour laquelle elle n’avait pourtant que peu de considération, « de la mauvaise littérature, mon somnifère » disait-elle. Elle lui permettait de dormir.
C
video



Avancez, entrez dans la chambre, « la chambre d’Elsa ». Du bleu, encore y compris sur ces bijoux qu’elle confectionnait elle-même à partir de résistances électriques, de coquillages et divers objets farfelus et hétéroclites. Il y a des photos de Tahiti, des livres encore, et ce buste de sa tant aimée sœur Lili Brik (ah, Maïakovski !)




Je ne vais pas plus vous retenir. Vous savez combien Elsa aimait la France, son pays d’adoption, mais elle aimait autant, sinon plus, l’Union soviétique. Gare à qui voulait y porter atteinte. Regardez cette illustration russe. Je traduis : « Si tu viens en ami – dit ce russe à Napoléon – je t’offre la paix et le sel, mais si tu viens en ennemi je te chasse avec la fourche ».

Vous remarquez chers amis que l’éphéméride est arrêté au 16 juin 1970. Le jour de sa disparition. Je n’y ai plus touché.


-------------------------

LIRE AUSSI  ICI: "ARAGON ET MOI"  post n° 349 du 16 décembre 2012



 _______________

Site officiel :

video

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire