Rechercher dans ce blog

jeudi, décembre 05, 2013

418- B. Sansal reçoit le prix Jean Zay

Deux prix ont été attribués à Boualem Sansal. Le prix Jean Zay 
 remis ce mercredi 4 décembre. 
Et le 12 décembre nous apprenons que le Crif lui a décerné son prix "B'nai B'rith" le........  17 octobre (lire en bas de page)

--------------------
Le prix Jean Zay de la laïcité remis à l'écrivain algérien Boualem Sansal


PARIS, 04 déc 2013 (AFP) - 04.12.2013 19:40

Le prix Jean Zay de la laïcité a été remis mercredi à l'écrivain algérien Boualem Sansal pour son dernier ouvrage "Gouverner au nom d'Allah" (Gallimard) lors d'une cérémonie au Sénat.

En remettant le prix à son lauréat, le président d'honneur du jury Jean-Michel Baylet, président du Parti radical de gauche (PRG), a salué le "combat pour la tolérance et la liberté, contre l'intégrisme de Boualem Sansal".

L'écrivain, pourfendeur du régime militaire et de l'intégrisme et dont plusieurs livres sont interdits en Algérie, s'est présenté comme un "petit Algérien honni dans son pays, malmené par les uns et par les autres".

Il a déclaré vouloir "lancer une alerte" contre le "danger imminent" que représente, selon lui, le "développement de l'islamisme" qui "va de victoire en victoire pendant que nous lui cédons du terrain".

L'islamisme "a réussi à museler les non-musulmans" et "à enfermer les occidentaux dans une culpabilité paralysante", a-t-il jugé.

Le prix Jean Zay a été créé en 2005 à l'initiative du Parti Radical de Gauche (PRG) à l'occasion du centième anniversaire de la loi de séparation des Eglises et de l'Etat de 1905. Il est doté symboliquement d'un chèque de 1.905 euros.

© 2013 AFP

 


video 
Chouf-Chouf


Publiée le 5 déc. 2013


L'écrivain Boualem Sansal a reçu ce mercredi 4 décembre le prix Jean Zay au Sénat à Paris. Il lui a été remis par Jean-Michel Baylet, président du Parti Radical de Gauche. Le Prix Jean Zay a été créé en 2005 à l'occasion des célébrations du centenaire de la loi de Séparation des Eglises et de l'Etat, il est remis chaque année le 7 décembre pour commémorer la date du vote de cette loi.
Suivez l'actualité sur www.chouf-chouf.com

--> -------------------------JEAN ZAY--------------------
Jean Zay est un avocat et une personnalité politique française de la 3° République né à Orléans (Loire) le 06 août 1904 et mort assassiné par des miliciens à Molles (Allier) le 20 juin 1944, probablement sur ordre du Gouvernement de Vichy.
Au cours de sa vie, Jean Zay assure les fonctions de conseiller général, député du Loiret, sous-secrétaire d’État à la présidence du conseil et ministre de l’Education nationale et des Beaux-Arts.(Wikipédia)
Wikipédia
-->

 ___________________________________________
       Gouverner au nom d'Allah 

Islamisation et soif de pouvoir dans le monde arabe 

 Boualem Sansal / Hors série Connaissance, Gallimard



Parution : 10-10-2013



«Nous les avons accueillis avec sympathie, un brin amusés par leur accoutrement folklorique, leur bigoterie empressée, leurs manières doucereuses et leurs discours pleins de magie et de tonnerre, ils faisaient spectacle dans l’Algérie de cette époque, socialiste, révolutionnaire, tiers-mondiste, matérialiste jusqu’au bout des ongles, que partout dans le monde progressiste on appelait avec admiration “la Mecque des révolutionnaires”. Quelques années plus tard, nous découvrîmes presque à l’improviste que cet islamisme qui nous paraissait si pauvrement insignifiant s’était répandu dans tout le pays.» 
video 
Boualem Sansal et Ghaleb Bencheikh - France culture 15 10 2013 _ 1.3 video 
Boualem Sansal et Ghaleb Bencheikh - France culture 15 10 2013 _ 2.3



video
Boualem Sansal et Ghaleb Bencheikh - France culture 15 10 2013 _ 3.3



Après avoir brossé un tableau d’ensemble des courants musulmans, Boualem Sansal s’interroge sur les acteurs de la propagation de l’islamisme : les États prosélytes, les élites opportunistes, les intellectuels silencieux, les universités, les médias, «la rue arabe»… Il questionne aussi l’échec de l’intégration dans les pays d’accueil des émigrés.
Ainsi, l’islamisme arabe tend à s’imposer, mal évalué par les pouvoirs occidentaux qui lui opposent des réponses inappropriées, tandis que les femmes et les jeunes, ses principales victimes, sont de plus en plus à sa merci.
Boualem Sansal, devenu l’une des grandes voix de la littérature algérienne, propose une synthèse engagée, précise, documentée, sans pour autant abandonner les prises de position humanistes intransigeantes qui, au fil de ses romans, l’ont amené à dénoncer à la fois le pouvoir militaire algérien et le totalitarisme islamiste.



160 pages, 140 x 205 mm
Achevé d'imprimer : 23-09-2013
Genre : Essais
Thèmes : politique, économie / religion, théologie
Catégorie > Sous-catégories : Connaissance > Politique, économie - Religion, spiritualités, occultismes
Pays : Algérie
Époque : XXe-XXIe siècle
ISBN : 9782070142897 - Gencode : 9782070142897 - Code distributeur : A14289
In : www. Gallimard.fr

----------------
SUR FRANCE CULTURE
-->
France Culture

Avec Boualem Sansal, écrivain et essayiste, à l’occasion de son Gouverner au nom d’Allah (Gallimard).
Par Caroline Broué, Antoine Mercier et en compagnie de Ghaleb Bencheikh, président de la conférence mondiale des religions pour la paix, et animateur de l'émission "Islam", diffusée le dimanche matin sur France 2.
Boualem SANSAL : « J’ai essayé de situer l’islamisme dans l’histoire du monde arabe, dans l’histoire de l’Islam. J’ai été sidéré par la complexité du monde musulman. »
« L’islamisme est une tentative de retour à un Islam orthodoxe mais il y a des marches différentes : l’islamisme intellectuel et l’islamisme radical qui tente de réaliser son projet par la force. »
«Le pouvoir n’intéresse les islamistes que secondairement, ce qu’ils visent c’est l’implantation dans les sociétés.»
« Parler c’est s’exposer, ce qui me surprend c’est que dans les pays occidentaux, là où les intellectuels arabes peuvent s’exprimer, ils ne le font pas. »
-----------------------------
Site, Chouf-Chouf: BOUALEM SANSAL : « YASMINA KHADRA A EU RAISON DE SE PRÉSENTER À LA PRÉSIDENTIELLE »

video 


-----------------------------------ET-------------------------------------------------
LE CRIF EN ACTION
Publié le 12 Décembre 2013

 
Le  Prix des Droits de l'Homme du B'nai B'rith France 2013 a été attribué à Monsieur Boualem Sansal.

Le Président du CRIF, Roger Cukierman, a assisté à la cérémonie d’attribution, par la Commission nationale du Prix des Droits de l’Homme du B’nai B’rith France, animée par Madame Ada Sadoun, du Prix 2013 à l’écrivain Boulalem Sansal.
Le Prix des droits de l’Homme du B’nai B’rith France «Amour Fraternel – Harmonie – Bienfaisance » a pour objectif de mettre à l’honneur des personnalités de la société civile disposant des qualités essentielles de tolérance et d’humanisme et qui œuvrent par leur engagement personnel à la défense des valeurs fondamentales de dialogue et de paix contribuant ainsi au rapprochement entre les communautés.
Né en 1949 à côté d’Alger, Boualem Sansal a une formation d’ingénieur et un doctorat d’économie. Après avoir été tour à tour enseignant, consultant et chef d’entreprise, il devient haut fonctionnaire en 1995 au ministère de l’Industrie, poste dont il sera limogé en 2003 à cause de ses prises de position critiques vis-à-vis du pouvoir. Il se dédie alors à la littérature
Témoin impitoyable de la société algérienne d’aujourd’hui, son écriture est aussi dense que truculente
Dans son premier roman, « Le serment des barbares » (Prix Goncourt du premier roman) édité en 1999, il dénonce l’arbitraire et les abus de l’administration à l’égard du peuple.
« Le village de l’Allemand ou Le journal des frères Schiller » (Gallimard, 2008) et « Rue Darwin » (Gallimard août 2011) révèlent comme tous ses romans, une sensibilité aigüe aux droits de tous les hommes, de toutes origines.
Boualem Sansal dénonce les fanatiques en tous genres et mène courageusement les combats contre tous les obscurantismes et négationnismes
Avec son œuvre « Gouverner au nom d’Allah » qu’il vient de publier, il obtient le « prix de la laïcité Jean Zay 2013 ».
Ce Prix littéraire français a pour objectif de récompenser un livre porteur de valeurs républicaines.
Il a participé, en tant qu’invité d’honneur, au Festival culturel d’Israël, en mai 2012 où il a rencontré en particulier, David Grossman, avec qui il a lancé, de Strasbourg, l’« Appel international des écrivains pour la paix ». Il s’intéresse à l’identité algérienne d’aujourd‘hui, et à ses origines  multiples. Dans le même esprit, il étudie la formation de la langue algérienne et respecte tout ce qui la constitue.
Boualem Sansal vit toujours aujourd’hui dans les environs d’Alger
Pour sa lucidité, son talent, son respect de l’autre, et son extraordinaire courage, pour la façon dont il met ses actes en accord avec ses pensées, le B’nai B’rith France l’a élu Prix des Droits de l’Homme 2013.
La cérémonie de remise du prix a eu lieu dans les salons d’honneur de la Mairie de Paris le 17 octobre dernier { AH : Pourquoi le Crif attend attend jusqu’à ce jour, 12 Décembre 2013, pour publier cet article ?} au cours du diner de gala célébrant les 80 ans du B’nai B’rith France et les 170 ans du B’nai B’rith International en présence de nombreuses personnalités politiques et communautaires.
Le B’nai B’rith France


Publié le 12 Décembre 2013
In/ www.crif.org